Retour à la liste

Démarches citoyennes

Célia Guerri vous transporte et vous livre en pousse pousse
Transport
Célia Guerri vous transporte et vous livre en pousse pousse
Marseille
L'appel de Sophie Beau pour financer le sauvetage en mer des réfugiés
Solidarité
L'appel de Sophie Beau pour financer le sauvetage en mer des réfugiés
Marseille
Peux-t-on imaginer un centre-ville sans voiture ?
Environnement
Peux-t-on imaginer un centre-ville sans voiture ?
Marseille
Et si chacun ramassait un déchet par jour ?
Environnement
Et si chacun ramassait un déchet par jour ?
Marseille Provence
Peux-t-on imaginer un centre-ville sans voiture ?
Carte plein écranDiaporamaInfos transport

Type : environnement

Commune : Marseille

Marseille fait partie des villes les plus polluées d'Europe, une situation subie par nombre de ses habitants et un constat que les visiteurs effectuent si tôt débarqués de la gare St Charles.

Le tableau est encore plus frappant pour les automobilistes de l’A7 qui découvrent l’imposante chape de pollution qui s'installe régulièrement au dessus de la ville.

Le nombre de jours où les taux en particules fines, dioxyde d’azote et ozone dépassent les seuils sanitaires permet en effet de classer Marseille au 95e rang des villes les plus polluées du continent.

L’ensoleillement et la géographie en forme de cuvette favorisent les concentrations que le mistral vient heureusement chasser régulièrement.

L'industrie, l'activité portuaire, l'aéroport ou même le chauffage au bois sont des sources de pollution reconnues. Toutefois, la première marche du podium est remportée haut la main par l'automobile.

A Marseille, la bagnole est reine, et les embouteillages omniprésents. La faute à un réseau de transports en commun peu efficace qui n'incite pas les conducteurs (paresseux) à abandonner leurs voitures. Lesquelles sont principalement des diesels (75% du parc), dégageant un maximum de particules fines et de NO2 comme l'a dramatiquement mis en lumière la tricherie de Volkswagen.

A vivre au quotidien, ça peut vite devenir un enfer. Le moindre déplacement pour déposer ses enfants à l'école, acheter son pain ou aller travailler vous expose à des émissions énormes. Circuler en vélo ou attendre à un feu rouge sont des actes qui nous font du mal. Imaginez votre bébé dans sa poussette, juste à la bonne hauteur pour s'en prendre un max dans les poumons (d'autant que beaucoup de gens désactivent leur filtre à particules pour éviter la panne moteur que l'on risque à ne faire que de la ville avec son diesel).

Et tout cela est difficilement évitable, Marseille a ses points de passage obligés, des petites rues ou des grands axes qui aux heures de pointe affolent tous les compteurs. Le centre ville est noir de goudron. A voir l'état de certaines façades, on imagine sans mal ce que subissent les gens qui habitent derrière. Connaissent-ils les risques pour leur santé ? Ont-ils le choix ?

Après une journée entière à s'agiter, Marseille se vide enfin de ses voitures et redevient la ville qu’on aime, aux charmes immenses, aux habitants si séduisants.

On se laisse à rêver d’une ville sans pollution, d'une ville qui ne nous ferait pas perdre 9 mois sur notre espérance de vie.

Aujourd’hui, la voiture en ville n’est-elle pas juste un crime ? Auquel nous participons tous...A qui profite-t-il ?

Après le scandale Volkswagen, l’hypocrisie des constructeurs automobiles et des industriels du pétrole n’est plus tenable. En France, la fiscalité avantageuse sur le gasoil n'a plus de raison d'être. Il nous faut de toute manière sortir du pétrole.

Marseille n’est bien entendu pas une exception, mais serait-ce vraiment si naïf de penser qu’on pourrait changer rapidement la donne ? Interdire la voiture en centre-ville, est-ce vraiment une utopie ? Même si le périphérique aixois est une horreur, le centre ville entièrement piéton n'est-il pas bien plus agréable ?

A Marseille, quelles solutions pour répondre à l'urgence sanitaire ?

- une autoroute et des boulevards périphériques pour contourner la ville (L2 en 2017 ?)
- de grands parking relais desservis par des transports en commun rapides et efficaces (des parkings aux portes de la ville, pas des parkings Vinci en plein centre à 34€ la journée)
- donner toute sa place au vélo, favoriser les aides à l'achat pour les particuliers comme le fait MPM sur les vélos électriques
- des taxis et des pousse-pousses électriques en très grand nombre, accessibles financièrement, ce qui permettrait aussi de créer des emplois.

Autrement dit, rien de révolutionnaire.

Pourquoi n'arriverait-on pas à appliquer sur Marseille ce que Strasbourg a mis en place ?

Dans une des zones les plus riches du monde, ne peut-on trouver les budgets pour investir massivement en ce sens ?

Au bout du compte, tout cela n'est-il pas que volonté politique ?



https://air.plumelabs.com/Marseille
Vos commentaires
A voir / A faire
Transport
Proxi Pousse, transport et livraisonMarseille
Service
Collectif Vélos en VilleMarseille
Mode
Lynn Dalaga, l'élégance à la françaiseMarseille
Cave
Domaine Révelette, le vin au naturelJouques
L'application mobile & tablette comporte de nombreuses fonctionnalités : un moteur de recherche approfondi, les centres d'intérêts à proximité, les cartes et itinéraires hors connexion, le Vélo ou l'accès aux massifs en temps réel...
© Tous droits réservés
contact@marseilleprovence.net